Désiré Cordier, visionnaire hors pair, propriétaire de Château Talbot depuis 1918, et alors maire de Saint-Julien de 1925 à 1940 fit poser ces panneaux légendaires aux quatre coins du village. Encore en place, ces panneaux rappellent aux passants le prestige de l’appellation communale de Saint-Julien.

 

UNE HISTOIRE DE FAMILLE : de 1918 à nos jours

 

LE « FRENCH PARADOX » A SAINT-JULIEN : Le Président Lebrun visite Saint-Julien en 1934