DÉSIRÉ CORDIER, VITICULTEUR HORS PAIR ET VISIONNAIRE, AVAIT DÉJÀ OBSERVÉ EN 1934 LE PHÉNOMÈNE DU « FRENCH PARADOX ».

Propriétaire entre autres des châteaux Talbot et Gruaud Larose, Désiré Cordier était maire de Saint-Julien depuis 1925. Très soucieux de développer les intérêts des vins de la Gironde, il organisa et présida le 16 juin 1934 devant le président de la République Albert Lebrun, trois ministres et plusieurs députés et sénateurs, une fête exceptionnelle : la fête de la longévité.
Fondateur d’une célèbre maison de négoce, grand propriétaire vigneron, il avait comme l’on disait autrefois « le sens de la publicité », autrement dit c’était un homme de marketing, visionnaire et intuitif.
Il avait observé (statistiques à l’appui) qu’à Saint-Julien en particulier, et dans le Médoc en général, l’espérance de vie était supérieure à la moyenne nationale. « Ce serait manquer de respect à notre boisson nationale de laisser ignorer une telle comparaison en faveur de nos bons vins. Les arguments étayés par des chiffres établissent que le Médoc, et plus particulièrement Saint-Julien, est le pays propre aux octogénaires, ce qui prouve de la façon la plus péremptoire que le vin – le bon vin s’entend – est comme je l’ai dit, élixir de longue vie ! »
C’était anticiper sur l’opinion de nombreux cardiologues américains, mais aussi français, qui ont démontré que les polyphénols des grands vins contribuent efficacement à prolonger une bonne circulation cardio-vasculaire, et donc à réduire les accidents cardiaques.

La visite du Président

S’appuyant sur un irréfutable dossier, Désiré Cordier invita Albert Lebrun, président de la IIIe République, le dernier à vrai dire, à venir en personne se rendre compte des vertus des grands vins du Médoc. Le train présidentiel arriva en gare de Saint-Laurent-Saint-Julien, salué bien sûr par toutes les sociétés musicales et harmonies locales. Un service d’ordre impressionnant assura la sécurité du Président et de son cortège sur le trajet routier entre la gare et Saint-Julien. Un cliché du temps montre Désiré Cordier, en jaquette, chapeau haut de forme à la main, moustaches blanches au vent, en tête du cortège, aux côtés du président Albert Lebrun, saluant les couples âgés réunis sur la place du village de Saint-Julien.

 

UNE HISTOIRE DE FAMILLE : de 1918 à nos jours

 

PASSANTS, SALUEZ SAINT-JULIEN : Le Maire Désiré Cordier pose des panneaux aux entrées du village